[02/33] Le changement

Parfois il faut se rendre à l’évidence et faire le bon choix. Accepter le changement.

Mais que se passe-t-il ?

Après quelques jours de recherches, en me forçant à trouver un travail, j’ai finalement ressenti un autre besoin plus fort, qui restait au fond de moi. Celui de voyager.
Malgré le fait qu’il me reste de l’argent pour vivre environ 2 mois, je n’ai pas envie de me sacrifier encore une fois. Mon dernier travail m’a valu un burn-out au bout d’un mois.

Cette idée de partir en tour du monde, avec peu de moyens, était déjà présente en Nouvelle-Zélande mais je n’étais pas encore prêt à l’accepter.
Aujourd’hui, c’est différent. J’ai énormément appris sur moi-même ces derniers mois, essentiellement aux belles rencontres et aussi par le fruit de mon travail personnel.

Comment je vais vivre ?

Il y a pleins de possibilité aujourd’hui grâce à Internet et il existe des moyens de logement gratuit ou contre un peu de travail. J’envisage de trouver un bateau ou voilier pour me rendre dans les autres pays, c’est un moyen souvent gratuit et surtout enrichissant.
Je fais aussi confiance à la vie et ce qu’elle peut m’apporter sur mon chemin. Cela peut sembler utopique mais je ne peux imaginer ma vie autrement aujourd’hui.

Notre société est en plein bouleversement, aujourd’hui, à tous les niveaux (politique, économique, sociologique, environnemental) et je veux expérimenter une autre voie, à ma manière.

J’ai besoin de cette liberté que j’ai acquise, avoir ces moments en solitaire durant le voyage mais aussi faire des rencontres qui me font évoluer, ne plus dépendre de l’argent.
Et surtout, j’ai envie de retrouver cette vie nomade !

J’ai aussi envie de partager mon expérience et être à l’écoute de personnes qui souhaitent avancer dans leur vie. Comme j’ai pu le faire en Nouvelle-Zélande. J’ai quelques idées que je voudrais expérimenter. Apporter ma modeste contribution dans un monde en plein changement et mettre à profit ma sensibilité, c’est peut-être là mon rôle.

J’ai en tête cette image de Ginko, le personnage principal du manga Mushishi, qui parcourt le Japon à pied et apporte de l’aide aux villageois mais il ne peut rester à un endroit plus de quelques jours, à cause d’une malédiction.
Ce manga a toujours eu une saveur particulière mes yeux. Il faisait déjà écho à ce désir de voyage et rencontres.

Comment j’envisage la suite du voyage ?

Le premier point est de préparer mon vélo pour qu’il puisse me permettre de faire de plus longues distances en autonomie. Mais aussi renouveler un peu mes vêtements car après 8 mois, l’usure commence à apparaître.
Je vais financer ces deux choses grâce à la revente de mon PC portable qui sera trop encombrant pour mon voyage.

Je n’ai aucune idée de la prochaine destination et je ne veux pas y penser, seulement être à l’écoute du voyage, me laisser guider et apprécier.

Sur mon chemin, je voudrais également participer à une retraite de 10 jours dans un centre de méditation Vipassana, chose que je voulais faire depuis un moment mais que je n’avais pas eu le timing ou la préparation nécessaire.

Cette fois-ci, je me lance vraiment à l’aventure. Cette aventure me fait un peu peur mais l’essentiel, c’est que ça me parle, ça vibre en moi et je sais que je m’en sortirai, quoiqu’il arrive.
Ce sentiment d’un gros changement était apparu durant les deux dernières semaines à Wellington et maintenant, je l’accepte. Une autre étape de ma vie vient d’être franchi, la route est longue et difficile mais ces expériences me rendent plus fort et plus ouvert aux autres.

Me voilà prêt à accomplir ce que je suis et non plus ce que je voulais être.